Guerres économiques et économies de guerre - Université Grenoble Alpes Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2023

Guerres économiques et économies de guerre

Résumé

Since 2022, war has been back in the spotlight. Territories that were supposedly well-recognized by the international community are being invaded. International competition is not leading to the "end of history" predicted by Fukuyama, and the invisible hand does not exist. We are also witnessing the watering down of democracy in favor of an oligarchy or technocracy capable of controlling democratic forces through selective, controlled information. All over the world, immediate financial interests are pitted against the collective interest of the near future. The irresistible societal power of private economic forces capable of competing with states, as is the case with GAFAM and asset managers in particular, is in fact leading the wealthy private sector to decide state policies. The third industrial revolution raises the question of the current mode of production and consumption which, in the near future, may lead to the rejection of economic globalization and a return to mercantilist agreements between friendly countries, ecological disasters, depletion of natural resources, widespread permanent insecurity, global warming and, ultimately, the rise of new wars. To this should be added the still uncontrolled rise of artificial intelligence and robotization, as well as the increased risk of global pandemics and, above all, an environmental catastrophe in the form of global warming.
Depuis 2022, la guerre revient sur le devant de la scène. Les territoires que l’on supposait aujourd’hui bien reconnus par la communauté internationale font l’objet d’invasions. La concurrence internationale ne conduit donc pas à la « fin de l’histoire » prévue par Fukuyama et la main invisible n’existe donc pas. On assiste en outre à l’édulcoration de la démocratie au profit d’une oligarchie ou d’une technocratie capable de contrôler les forces démocratiques par une information contrôlée sélective. Dans le monde entier, les intérêts financiers immédiats s’opposent à l’intérêt collectif d’un futur proche. La puissance sociétale irrésistible des forces économiques privées capables de concurrencer les Etats, comme c’est le cas notamment avec les GAFAM ou des gestionnaires d’actifs conduit de fait le secteur privé riche à décider des politiques de l’Etat. La troisième révolution industrielle pose la question du mode de production et de consommation actuel qui, dans un avenir proche, peut conduire au refus de la globalisation économique pour en revenir aux accords mercantilistes entre pays amis, aux catastrophes écologiques, à la raréfaction des ressources naturelles, à l’insécurité permanente généralisée, au réchauffement climatique et, in fine, à l’essor de nouvelles guerres. Il faudrait ajouter l’essor encore incontrôlé de l’intelligence artificielle, de la robotisation, mais aussi des risque accrus de pandémies mondiales et surtout une catastrophe environnementale avec le réchauffement climatique
Fichier principal
Vignette du fichier
Guerres économiques et économies de guerre.pdf (326.36 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Dates et versions

hal-04242461 , version 1 (15-10-2023)

Identifiants

  • HAL Id : hal-04242461 , version 1

Citer

Jacques Fontanel. Guerres économiques et économies de guerre. Comment en finir avec la logique des guerres, Université Européenne de la Paix, Oct 2023, Brest, France. ⟨hal-04242461⟩

Collections

UGA CESICE
42 Consultations
18 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More