L’Afrique et l’OMC : Le cas de Cancun - Université Grenoble Alpes Accéder directement au contenu
Chapitre D'ouvrage Année : 2004

L’Afrique et l’OMC : Le cas de Cancun

Résumé

The WTO Conference in Cancun ended in failure. The globalisation process proposed by the United States and Europe, covering investment, competition, transparency in public procurement and trade facilitation, did not suit the leaders of the developing countries, who were often divided. African countries wanted the abolition of agricultural subsidies granted by the European Union and the United States to their producers, but they were turned down. The law of the strongest is the law of the strongest, and Africa's room for manoeuvre is weak in view of its fragile economic conditions. However, the strategy of the African countries shows new coalitions to establish a fairer market that ensures a decent income. Discussions are likely to be long; the Doha Round is in a bad way... Where Africa has an undeniable comparative advantage, its exports are made less competitive by developed country tariffs. Basically, liberalism benefits the economically stronger countries, as Friedrich List pointed out.
La Conférence de l’OMC à Cancun s’est achevée sur un échec. Le processus de mondialisation proposé par les Etats-Unis et l’Europe, portant sur les investissements, la concurrence, la transparence des marchés publics et la facilitation des échanges, n’a pas convenu aux dirigeants des pays en voie de développement, pourtant souvent divisés. Les pays africains souhaitaient la suppression des subventions agricoles accordées par l’Union européenne et les Etats-Unis à leurs producteurs, mais une fin de non recevoir leur a été opposée. La loi du plus fort s’impose et la marge de manœuvre de l’Afrique est faible au regard de ses conditions économiques fragilisées. Cependant, la stratégie des pays africains témoigne de nouvelles coalitions en vue de mettre en place un marché plus équitable qui assure un revenu décent. Les discussions risquent d’être longues, le cycle de Doha est dans une mauvaise passe.. Lorsque l’Afrique dispose d’un incontestable avantage comparatif, à l’exportation ces produits se voient rendues moins concurrentielles par les droits de douane des pays développés. Au fond, le libéralisme avantage les pays les plus forts économiquement, comme le rappelait Friedrich List.
Fichier principal
Vignette du fichier
L’Afrique et l’OMC - le cas de Cancun.pdf (5.27 Mo) Télécharger le fichier
Origine Fichiers produits par l'(les) auteur(s)
Loading...

Dates et versions

hal-02562803 , version 1 (04-05-2020)

Identifiants

  • HAL Id : hal-02562803 , version 1

Citer

Jacques Fontanel, Antipas Touatam. L’Afrique et l’OMC : Le cas de Cancun. Guerres et conflits économiques, Université Pierre Mendès France Grenoble, 2004. ⟨hal-02562803⟩

Collections

UGA CESICE
16 Consultations
22 Téléchargements

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More