"L’alpiniste est un homme qui conduit son corps là où, un jour ses yeux ont regardé" : les longues focales de Jacques Perconte - Université Grenoble Alpes Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Le Cahier Louis Lumière Année : 2019

"L’alpiniste est un homme qui conduit son corps là où, un jour ses yeux ont regardé" : les longues focales de Jacques Perconte

Résumé

Cette phrase de l’écrivain Gaston Rebuffat permet d’introduire une approche des techniques de tournage de Jacques Perconte, et notamment l’utilisation par le cinéaste de longues focales. Reconnu pour son travail sur le paysage et sa réflexion sur la nature de l’image numérique, nous nous intéresserons ici à une étape plus invisible de sa pratique. Alors que Jacques Perconte se place souvent à plusieurs kilomètres de ce qu’il filme, cette technique lui permet de prélever ce qu’il y a d’organique dans la nature et, d’introduire de l’inattendu dans la prise de vues, avant même que le cinéaste intervienne, a posteriori sur la nature de l’image numérique. L’optique révèle ce que le cinéaste ne pouvait pas voir du paysage en nous détachant du visible pour mieux nous rapprocher d’une perception sensible, la puissance de l’objectif nous projetant à l’intérieur de la nature, comme à l’intérieur de l’image, et tout en haut de la montagne.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-01991642 , version 1 (23-01-2019)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01991642 , version 1

Citer

Vincent Sorrel. "L’alpiniste est un homme qui conduit son corps là où, un jour ses yeux ont regardé" : les longues focales de Jacques Perconte. Le Cahier Louis Lumière, 2019, Arts Filmiques et Expérimentations optiques contemporaines, 12. ⟨hal-01991642⟩

Collections

UGA CNRS LITTARTS
828 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More