Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Chapitre d'ouvrage

« Être spécialiste de rhétorique, c’est sortir de la définition du texte par sa longueur »

Résumé : Les explications de textes littéraires actuelles respectent souvent une contrainte de longueur implicite: ne pas dépasser une page A4, aisément photocopiable. Cela permet d'avoir "sous les yeux" la totalité du texte à étudier. Mais ce texte est rarement une totalité, à part quelques chanceux (le sonnet, par exemple). Or, en rhétorique, on étudie une totalité indépendamment de sa longueur: une fable courte aussi bien qu'un discours très long d'orateur relèvent des mêmes procédures d'analyse, à condition de ne pas les couper. L'article explore les enjeux de ce simple constat, en soulignant par exemple que les étudiants actuels sont devenus incapables d'envisager, avec les yeux "de l'esprit", un texte-fleuve comme, chez Milton, l'entreprise de séduction d'Eve par le Serpent. Comment être sensible aux beautés de l'exorde de son discours, par exemple, si on n'a pas présents à l'esprit les 300 vers qui suivent le début?
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-grenoble-alpes.fr/hal-01919144
Contributeur : Francis Goyet <>
Soumis le : lundi 12 novembre 2018 - 11:30:21
Dernière modification le : vendredi 31 juillet 2020 - 03:46:26

Identifiants

  • HAL Id : hal-01919144, version 1

Collections

CNRS | UGA

Citation

Francis Goyet. « Être spécialiste de rhétorique, c’est sortir de la définition du texte par sa longueur ». François Cornilliat, Hélène Merlin. « Littérature : de quoi sommes-nous spécialistes ? », A paraître. ⟨hal-01919144⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

28