Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Ouvrage (y compris édition critique et traduction)

Le sublime du “lieu commun”. L’invention rhétorique dans l’Antiquité et à la Renaissance, xiv + 785 p., 2018, réimpression de l'édition de Paris, 1996, avec un nouvel avant-propos

Résumé : Théoricien de la rhétorique mais aussi orateur, Cicéron a transmis une technique majeure, absente du sage Aristote. Il faut élever le débat à la hauteur des grands principes qui fondent la Cité : d’où le « lieu commun », ce grand moment des grands moyens où triomphe l’éloquence. La remontée aux principes est source à la fois de la plus grande émotion (movere chez Cicéron, sublime chez Longin) et de la plus grande cohérence argumentative, comme s’emploient à le montrer Quintilien et à sa suite Mélanchthon, si sensible au lien entre principes et vérités doctrinales. Cicéron lance ainsi au XVIe siècle le défi d’articuler raison(s) et passions dans une unité vivante, unité et vie qui sont sa réponse au mystère inépuisable de la persuasion.
Type de document :
Ouvrage (y compris édition critique et traduction)
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-grenoble-alpes.fr/hal-01918002
Contributeur : Francis Goyet <>
Soumis le : vendredi 9 novembre 2018 - 19:38:44
Dernière modification le : vendredi 31 juillet 2020 - 03:46:25

Identifiants

  • HAL Id : hal-01918002, version 1

Collections

CNRS | UGA

Citation

Francis Goyet. Le sublime du “lieu commun”. L’invention rhétorique dans l’Antiquité et à la Renaissance, xiv + 785 p., 2018, réimpression de l'édition de Paris, 1996, avec un nouvel avant-propos. Editions Classiques Garnier, 2018, 978-2-37312-025-7. ⟨hal-01918002⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

38