Les effets « pervers » de l’usage du PIB pour la décision politique et les relations internationales - Université Grenoble Alpes Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Annuaire français de relations internationales Année : 2019

Les effets « pervers » de l’usage du PIB pour la décision politique et les relations internationales

Résumé

GDP is the best known and most widely used economic indicator. It is an essential indicator for the analysis of international relations, especially for classifying states in their obsession with the economic growth and development. Yet, even if the economic aggregate does not lack conceptual simplifications that are increasingly difficult to accept, the use that is made of them in international relations is dangerous. The more the environmental and societal issues become worrying, the more the current indicator systems, especially GDP, become unsuitable. They lead to international and national policies expressing an excessive economism that tends to neglect not only the depletion of soils and subsoils, the scarcity of clean air or the situation of the international and national security, but also democratic freedoms, citizen solidarity or cultural influence. It is necessary to construct sets of indicators adapted to the questions posed for the understanding of the international relations as the global power of the States, the economic potential of a country or the “well being” of the citizens.
Le produit intérieur brut (PIB) est l’indicateur économique le plus connu et le plus utilisé. Il est aussi devenu un indicateur essentiel pour l’analyse des relations internationales, notamment pour classer les Etats dans leur obsession de l’objectif de croissance et de développement économiques. Pourtant, si l’agrégat économique lui-même ne manque pas de simplifications conceptuelles de plus en plus difficiles à accepter, l’usage qu’on en fait dans les relations internationales est dangereux. Plus les questions écologiques et sociétales deviennent inquiétantes et plus les systèmes d’indicateurs actuels, spécialement le PIB, deviennent inadaptés. Ils conduisent les politiques internationales et nationales à s’engager dans un économisme excessif, qui tend à négliger non seulement l’épuisement des sols et sous-sols, la raréfaction de l’air pur ou la sécurité internationale et nationale, mais aussi les libertés démocratiques, les solidarités citoyennes ou l’influence culturelle. Il faut construire des ensembles d’indicateurs adaptés aux questions posées, comme la puissance globale des Etats, le potentiel économique d’un pays ou le bien-être des citoyens.
Fichier principal
Vignette du fichier
Les effets « pervers « de l’usage du PIB pour la décision politique et les relations internationales.pdf (1005.87 Ko) Télécharger le fichier
image (1).png (53.35 Ko) Télécharger le fichier
image (2).png (52.67 Ko) Télécharger le fichier
image (3).png (7.37 Ko) Télécharger le fichier
image (4).png (7.37 Ko) Télécharger le fichier
image.png (8.77 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers produits par l'(les) auteur(s)
Loading...

Dates et versions

hal-02197761 , version 1 (30-07-2019)

Identifiants

  • HAL Id : hal-02197761 , version 1

Citer

Jean-François Guilhaudis, Jacques Fontanel. Les effets « pervers » de l’usage du PIB pour la décision politique et les relations internationales. Annuaire français de relations internationales , 2019, XX. ⟨hal-02197761⟩

Collections

UGA CESICE
548 Consultations
1397 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More