Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

« La farse d’Amphitrion (Anvers, 1504), première traduction française d’une comédie plautinienne »

Résumé : La farse d’Amphitrion paraît à Anvers en 1504, dans un recueil de vers anonymes. L’analyse du texte et du paratexte permet d’abord de reconstituer le portrait intellectuel de l’auteur – un poète de la cour de Bourgogne – et de proposer une identification. L’analyse de la traduction permet ensuite d’apprécier comment le poète comprend la langue plautinienne, souvent difficile, et comment il tente de traduire sa vis comica. Une attention toute particulière est portée à la façon dont il rend l’agilité verbale de Plaute (jeux de mots, expressions imagées, stichomythies, etc.) et ses jeux de scène, utilisant pour cela les ressources du théâtre – et notamment du théâtre contemporain. Le poète bourguignon offre ainsi à ses lecteurs un texte non seulement fidèle à son modèle, mais aussi lisible et efficace.
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-grenoble-alpes.fr/hal-01915006
Contributeur : Mathieu Ferrand <>
Soumis le : mercredi 7 novembre 2018 - 11:53:52
Dernière modification le : vendredi 31 juillet 2020 - 03:46:25

Identifiants

  • HAL Id : hal-01915006, version 1

Collections

CNRS | UGA

Citation

Mathieu Ferrand. « La farse d’Amphitrion (Anvers, 1504), première traduction française d’une comédie plautinienne ». Renaissance and Reformation / Renaissance et Réforme, University of Toronto, 2017, 40 (3), p. 157-186. ⟨hal-01915006⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

38