Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation

 

 Dynamique des milieux de montagne : Eaux, Roches, Versants

 

 

En montagne, l’eau se rencontre sous ses trois phases (liquide, gaz, solide), principalement dans des réseaux de fractures du massif rocheux, alors que sur les versants elle est piégée ou s’écoule dans les formations superficielles ou à la surface. Or, de fortes interactions (thermiques, physico-chimiques, mécaniques...) ont lieu, à diverses échelles de temps et d’espace, entre le milieu et l’eau sous ses différentes phases. Les perturbations induites par ces échanges contrôlent de nombreux processus géodynamiques, hydrodynamiques et morphodynamiques affectant autant la profondeur que la surface des massifs.

L’objectif principal de l’équipe Dynamique des milieux de montagne est d’étudier, d’une part, les processus morphodynamiques, hydrodynamiques et géodynamiques impliquant les différentes phases de l’eau (fluides profonds et superficiels, glaciers, permafrost, torrents), et d’autre part, les perturbations de l’état thermique des massifs et des versants de montagne et leurs conséquences sur le fonctionnement des milieux :

- À grande profondeur, ces perturbations résultent de circulations de fluides chauds (quelques centaines de degrés) et minéralisés qui se traduisent par la mise en place de veines minéralisées et par l’altération des roches encaissantes.
- À faible et moyenne profondeur, ces perturbations résultent de circulations de fluides froids plus faiblement minéralisés, dont la mise en place est liée à l’évolution climatique depuis la dernière glaciation.
- Proche de la surface, ces perturbations résultent directement des conditions climatiques, affectant ainsi les processus morphodynamiques via les propriétés de la glace et de l’eau liquide.

Sur le plan scientifique, il existe un fort intérêt à comprendre les couplages entre la thermique des massifs (état thermique et/ou perturbations thermiques), les circulations de fluides, les variations climatiques et les processus dynamiques, car :

- D’une part, la connaissance de l’état thermique des versants et des perturbations thermiques est indispensable pour mieux comprendre le fonctionnement des différents processus morphodynamiques, hydrodynamiques et géodynamiques des massifs de montagne.
- D’autre part, ces dynamiques sont d’excellents indicateurs des variations du signal thermique en profondeur (hydrothermalisme) et du signal climatique en surface (dynamique de versants).

D’un point de vue sociétal, une meilleure connaissance de ces dynamiques est indispensable afin de mieux gérer les ressources en eau, les ressources minérales et les risques liés aux modifications climatiques et environnementales.