Le self, un concept nomade : des Lumières écossaises à l’Ecole de Chicago en passant par le pragmatisme - Laboratoire Cresson Access content directly
Journal Articles Cahiers Philosophiques de Strasbourg Year : 2011

Le self, un concept nomade : des Lumières écossaises à l’Ecole de Chicago en passant par le pragmatisme

Abstract

Cet article examine la migration non seulement géographique mais aussi disciplinaire du concept de self : il a circulé depuis l’Europe jusqu’aux Etats-Unis, a basculé de la philosophie vers la sociologie en passant par la psychologie sociale. D’abord analysé par David Hume dans les livres I et II du Traité de la nature humaine et Adam Smith dans La théorie des sentiments moraux, il constitue la pièce motrice de leur compréhension sociale de l’esprit humain : le soi se construit dans les interactions sociales. Cette notion caractéristique des Lumières écossaises a ensuite nourri les développements sociologiques de l’Ecole de Chicago, notamment ceux d’Erving Goffman. Cet infatigable analyste des miettes de la vie collective n’a cessé d’affirmer tout au long de son œuvre la nature sociale des rencontres entre les individus. Entre le self des Lumières écossaises et celui de l’Ecole de Chicago, n’existe-t-il qu’une vulgaire homonymie ou des affinités plus profondes ?
Fichier principal
Vignette du fichier
Le selfBONNEVERSION.pdf (662.63 Ko) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-01493297 , version 1 (24-03-2017)

Licence

Identifiers

Cite

Céline Bonicco-Donato. Le self, un concept nomade : des Lumières écossaises à l’Ecole de Chicago en passant par le pragmatisme. Cahiers Philosophiques de Strasbourg, 2011, Philosophie et Sciences, 28 (2), pp.101-126. ⟨10.4000/cps.2756⟩. ⟨hal-01493297⟩
246 View
243 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More