Économie politique internationale des négociations climat et prise en compte des coûts d’atténuation et d’adaptation

Constantin Ilasca 1
1 équipe EDDEN
PACTE - Politiques publiques, ACtion politique, TErritoires
Résumé : Cette thèse traite de la coopération et de la gouvernance climat dans l’ère post Copenhague. Son objectif est de caractériser l’évolution du régime climatique, prenant appui sur les positions de l’Union européenne, la Chine et les États-Unis, qui peuvent être désignés, à la fois en tant que gros émetteurs, économies majeures et grandes puissances. Deux déterminants sont considérés structurants pour cette analyse : les coûts d’atténuation des émissions et les coûts d’adaptation. Le point de départ de notre thèse se trouve dans l’évolution polarisée du régime climatique. Le fait le plus marquant de cette « métamorphose » est le passage, en 2009, de l’approche top-down à une approche bottom-up. Pour ce faire, nous mobilisons un cadre théorique hybride, qui comprend l’Économie politique internationale et l’économie du changement climatique. L’apport combiné de ces deux approches permet d’analyser la politique internationale du climat à travers l’économie de l’environnement et inversement, de renseigner l’incidence que ces relations peuvent avoir sur la logique économique. Nous proposons une approche spécifique de la coopération, basée sur la théorie du « k-groupe » de Duncan Snidal (1985). Dans ce cadre coopératif minilatéral, la thèse que nous soutenons est qu’il est possible d’avoir un k-groupe pour le climat et que celui-ci peut avoir un effet bénéfique sur la mise en place du régime climat. Nous argumentons que ce groupe peut être considéré comme un « club of the relevant » et que, pour former un k-groupe, il est nécessaire que les pays constituent une « coalition of the willing ». Ce qui structure la capacité et la volonté de l’action, ce sont principalement les coûts que cela implique, coûts d’atténuation et d’adaptation. En même temps, l’engagement de ce groupe se base sur le conditionnement. Le dispositif incitatif est constitué par l’idée d’une coopération de plus en plus large, qui atténue le problème du passager clandestin. Les résultats de recherche sont appréciés à la lumière de l’aboutissement de la COP 21. Si le k-groupe fonctionne, c’est que les trois pays décident d’aller de l’avant et acceptent d’endosser des coûts d’atténuation plus importants que les autres pays. Cet engagement collectif déclencherait un mouvement vertueux qui imposerait au régime climat un leadership partagé entre ces trois pays, ouvrant la voie aux autres. Si le k-groupe ne fonctionne pas, c’est parce que nos acteurs considèrent les coûts à court terme trop importants au regard de leurs propres intérêts et au regard du risque du free riding de la part des autres États. Compte tenu de la conjoncture économique dans laquelle se trouvent nos trois acteurs, ce scénario apparaît comme étant probable. Enfin, dans notre modèle de l’analyse de la coopération nous privilégions le tandem Europe-Chine. Nous montrons que cette coopération tripartite devrait se construire à partir de ce binôme, du moment où, à la différence des États-Unis, c’est l’Europe qui apparaît comme étant plus volontaire. La Chine, l’acteur incontournable du climat, qui risque de subir les conséquences du changement climatique de plein fouet, a plus d’intérêt à se rallier à l’Europe si elle souhaite obtenir un accord qui ne soit pas basé uniquement sur des contributions (nationales) minimales.
Type de document :
Thèse
Economies et finances. Université Grenoble Alpes, 2016. Français
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-grenoble-alpes.fr/tel-01266931
Contributeur : Danièle Revel <>
Soumis le : mercredi 3 février 2016 - 15:43:31
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 02:04:13
Document(s) archivé(s) le : samedi 12 novembre 2016 - 06:40:19

Identifiants

  • HAL Id : tel-01266931, version 1

Collections

Citation

Constantin Ilasca. Économie politique internationale des négociations climat et prise en compte des coûts d’atténuation et d’adaptation. Economies et finances. Université Grenoble Alpes, 2016. Français. 〈tel-01266931〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

452

Téléchargements de fichiers

768