Se contrôler à l’adolescence. Entre contraintes cérébrales et possibilités environnementales.

Abstract : Imaginons une situation où un adolescent est confronté à un choix : suivre ses copains qui vont « faire une connerie » ou les attendre tranquillement sur un banc. La première option requiert un effort physique plus grand, mais la seconde demande un effort mental plus important : se retenir. En psychologie, l’inhibition se définit comme la capacité à se retenir, c’est-à-dire la capacité à supprimer une réponse prédominante ou automatique. Être capable de se retenir se décline à la fois sur les plans cognitif, émotionnel et comportemental. Ces trois types d’inhibition constituent ce que l’on appelle plus couramment le self-control, le contrôle de soi ou encore la capacité de régulation.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-grenoble-alpes.fr/hal-01844267
Contributeur : Jérôme Clerc <>
Soumis le : jeudi 19 juillet 2018 - 11:11:21
Dernière modification le : jeudi 6 juin 2019 - 14:54:17

Identifiants

Citation

Mael Virat, Jérôme Clerc. Se contrôler à l’adolescence. Entre contraintes cérébrales et possibilités environnementales.. Les cahiers dynamiques, ERES, 2017, 71 (1), ⟨10.3917/lcd.071.0033⟩. ⟨hal-01844267⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

74