La montée en généralité pour sortir du Nimby

Résumé : Les contestations d'un grand projet d'infrastructure sont communément qualifiées de riveraines, voire de NIMBY. L'analyse du conflit du TGV Méditerranée de 1990 à 1994 permet d'interroger cette évidence. La découverte du projet suscite, dans un premier temps, une contestation essentiellement réactive de la part des riverains. Cette première phase du conflit est marquée par les comportements NIMBY, les actions de lobbying et la défense de communautés territoriales restreintes. Mais certains réseaux associatifs vont évoluer graduellement vers des logiques de mobilisation plus "construites". Soucieuses de légitimer leur action, ces associations caractéristiques de la seconde phase du conflit vont prendre appui sur des principes suffisamment généraux (et généreux) pour dépasser la singularité et l'égoïsme des revendications initiales et les inscrire dans une cause collective. Ces montées en généralité permettent une sortie du NIMBY et de la clôture identitaire. Différentes trajectoires sont apparues selon que l'extension du bien commun s'appuyait sur la mobilisation des territoires perturbés par le projet, la démocratisation des procédures de décision ou des propositions de redéfinition du projet lui-même.
Type de document :
Article dans une revue
Politix, De Boeck Supérieur, 1997, pp.109-130
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-grenoble-alpes.fr/hal-00978101
Contributeur : Jacques Lolive <>
Soumis le : samedi 12 avril 2014 - 12:58:20
Dernière modification le : mardi 13 mars 2018 - 16:40:05
Document(s) archivé(s) le : samedi 12 juillet 2014 - 10:45:22

Fichier

Politix_lourd.pdf
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

  • HAL Id : hal-00978101, version 1

Collections

PACTE | UGA | AOM

Citation

Jacques Lolive. La montée en généralité pour sortir du Nimby. Politix, De Boeck Supérieur, 1997, pp.109-130. 〈hal-00978101〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

400

Téléchargements de fichiers

261