Le phénomène d'urbanisation et le délitement des usages collectifs du sol en montagne, (pp. 29-42)

Résumé : Depuis l'époque romantique la montagne est souvent regardée comme le laboratoire par excellence de l'esprit communautaire, générateur dans les sociétés autochtones traditionnelles composées de "bons sauvages" adaptés à la pente et à un climat rigoureux, d'institutions agropastorales ou de gestion d'un patrimoine foncier fragile nécessairement altruistes, parce que collectives dans leur mode de mise en œuvre. Dans les Alpes par exemple les premières générations d'historiens appliqués à l'étude de cette histoire rurale particulière n'ont-ils pas évoqué avec constance, au risque de grossiers malentendus dans l'esprit de leurs lecteurs, le cadre multiséculaire parfois sublimé de véritables "républiques villageoises" dont les racines se perdent dans l'obscurité des lointains siècles médiévaux ? Or l'urbanisation progressive de l'espace montagnard quelle qu'en soit l'époque, a toujours mis en tension ces mécanismes indivis plus ou moins originels d'adaptation des sociétés humaines à un tel milieu naturel faussement immuable, représentatifs d'un mode de mise en valeur extensive de terroirs relativement vides d'habitants. Au contraire l'examen attentif du mode de gestion des vastes communs montagnards fonciers ou de règlementation du lancinant contentieux des droits d'usage, lors de l'apogée des cellules villageoises traditionnelles en Europe occidentale, au crépuscule des Temps Modernes et à la veille d'une révolution industrielle responsable d'un exode rural massif sur les reliefs, montre combien la privatisation insidieuse de mécanismes par essence communautaires, au grand dam de leur logique originelle mais sous couvert d'un apparent respect scrupuleux des coutumes ancestrales, est en réalité devenue la norme. A l'heure où l'économie du tourisme et des loisirs impose une nouvelle forme de pression urbaine sur les biotopes montagnards et où, dans l'optique de leur préservation, s'impose l'urgence d'une conciliation entre les intérêts souvent privés de leur exploitation et une forme à l'inverse publique de leur "sanctuarisation", la présente communication propose par conséquent dans une perspective historique la dénonciation — trop succincte à la lettre d'un aussi bref exposé introductif — de lieux communs révélateurs d'un environnement montagnard plus que jamais fantasmé.
Type de document :
Communication dans un congrès
Université de Savoie. L'urbanisation de la montagne. Observations depuis le versant juridique. Colloque de Chambéry, 24-25 mai 2012, May 2012, Chambéry, France. Lextenso Editions, pp.321, 2013, L'urbanisation de la montagne. Observations depuis le versant juridique. Colloque de Chambéry, 24-25 mai 2012. (Sous la direction de Jean-François Joye)
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-grenoble-alpes.fr/hal-00917265
Contributeur : Bruno Berthier <>
Soumis le : mardi 25 juillet 2017 - 10:48:07
Dernière modification le : lundi 2 octobre 2017 - 16:15:30

Fichier

Le phénomène d'urbanisatio...
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

  • HAL Id : hal-00917265, version 1

Collections

Citation

Bruno Berthier. Le phénomène d'urbanisation et le délitement des usages collectifs du sol en montagne, (pp. 29-42). Université de Savoie. L'urbanisation de la montagne. Observations depuis le versant juridique. Colloque de Chambéry, 24-25 mai 2012, May 2012, Chambéry, France. Lextenso Editions, pp.321, 2013, L'urbanisation de la montagne. Observations depuis le versant juridique. Colloque de Chambéry, 24-25 mai 2012. (Sous la direction de Jean-François Joye). 〈hal-00917265〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

285

Téléchargements de fichiers

19