Adelphiques. Sœurs et frères dans la littérature française du XIXe siècle

Résumé : Le passage de l'Ancien Régime aux sociétés démocratiques s'accompagne d'une mutation de la famille, dans laquelle se redéfinissent notamment les notions de "frère" et de "sœur", mais aussi la relation de "Fraternité", érigée en symbole du lien social. C'est la question de la redéfinition du lien adelphique, de son éthique, de sa politique, que les études réunies dans ce volume explorent, dans les textes littéraires, de Stendhal à Proust. La fiction et le récit, en effet, imposent au fait biologique une réalité sociale, construisent un imaginaire, parfois mythique, et établissent des valeurs. Présente dès les premiers récits de l'Occident, la relation adelphique connaît, dans la littérature du XIXe siècle, un remarquable rendement fictionnel. Elle constitue un élément majeur de la construction des personnages, de la structuration des intrigues, voire de l'édification des séries. Elle est parfois à mettre en relation avec un donné biographique de l'auteur, et toujours avec un lien au lecteur, ce semblable, ce frère. La réflexion collective fait ici apparaître que l'adelphie, dans la fiction du XIXe siècle, a ainsi été constituée en lieu, au sens rhétorique, de la réflexion sur la société dans le nouveau régime familial et politique.
Type de document :
Direction d'ouvrage, Proceedings, Dossier
Editions KIME, pp.397, 2010, 978-2-84174-527-2
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-grenoble-alpes.fr/hal-00872983
Contributeur : Chantal Massol <>
Soumis le : lundi 14 octobre 2013 - 19:44:22
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 06:16:07

Identifiants

  • HAL Id : hal-00872983, version 1

Citation

Chantal Massol, Claudie Bernard, Jean-Marie Roulin. Adelphiques. Sœurs et frères dans la littérature française du XIXe siècle. Editions KIME, pp.397, 2010, 978-2-84174-527-2. 〈hal-00872983〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

236